La Communication Vivencielle Biocentrique©

La Communication Vivencielle Biocentrique©


Regarder ensemble dans la même direction

En ces temps de virtualisation généralisée, où l’ « être » que nous regardons et auquel nous sourions le plus n’est autre que notre smartphone, savons-nous encore ce qu’est la communication réelle?

« Aimer, ce n’est pas se regarder l’un l’autre, c’est regarder ensemble dans la même direction », disait Saint-Ex. Très juste, sauf que cette autre direction est devenue le plus souvent …l’écran ! Confusément, nous sentons bien que la vraie vie nous appelle ailleurs, que le sourire d’un enfant, le parfum d’une fleur ou la promesse d’une rencontre bouleversante, recèlent en leur sein bien plus d’émotion que tous les « Like » sous notre dernier « post » Facebook. Mais nous avons perdu le chemin…

Communication véritable

La voie du ressentir

Le chemin commence par un retour à soi, non pas le soi pensé, l’identité fictive que nous avons construite à base de croyances et de définitions de nous, mais le soi vécu, senti, ressenti.

Notre façon d’approcher la vie et le vivant est devenue presqu’exclusivement mentale et corticale. Or, nous sommes des êtres sentients avant d’être des êtres pensants. La Communication Vivencielle Biocentrique© (CoViB en abrégé 🙂 )  nous invite à passer à un autre type de langage et de communication en diminuant temporairement les fonctions du cortex cérébral pour faciliter l’accès à l’émotion, aux sentiments, au recueillement, à la perception sensible de soi et des autres.

La voie du ressentirOn entre dans un espace où la parole, comme par magie, ne sert plus, où le langage devient celui du silence et de l’émotion, du ressenti et du mouvement, « les uniques canaux réellement efficaces pour réveiller doucement toutes les fonctions de notre être sacrifié et inhibé par les blessures intérieures bien connues qui accompagnent l’histoire de chacun de nous. «  (Ugo Rizzo)

Le « corps vécu » et sensible permet une communication vitale et émouvante avec ce qui nous entoure. Le corps sent et s’ouvre à ce qui est en nous : il n’est pas nécessaire de penser pour comprendre.

Une pédagogie vivencielle, c-à-d vivante et instantanée

Le concept de « vivencia » fut suggéré par le philosophe allemand Wilhem Dilthey en 1911 et peut se traduire succinctement comme « instant vécu intensément dans un monde vivant ».

La vivencia est un état qui se manifeste dans le présent inévitable ; dans cet « ici et maintenant » qui surgit de la réalité même (et non de son analyse ou interprétation) en prenant d’elle cette force qui ébranle et englobe la totalité de l’être. La vivencia est éloignée des faux-semblants, des « comme si ». Elle est enracinée dans le réel préverbal et c’est là que réside son potentiel transformateur.

« Le pouvoir réorganisateur qu’ont les vivencias – dit Rolando Toro Araneda – est dû à cette qualité unique de surgir comme la première expression affective de notre organisme, comme des sensations corporelles fortes. Les vivencias sont l’expression originaire de ce qui est le plus intime en nous, antérieur à toute élaboration symbolique ou rationnelle. »

La Communication Vivencielle est un retour à la source même de l’expérience : notre être sentient, sensible, capable de s’orienter (retrouver son Orient intime) à partir de la boussole de son cœur et de ses tripes.

Biocentrique ou anthropocentrique?

La vision anthropocentrique, qui fait de l’homme le centre du monde, a mené notre civilisation à l’impasse éthique et écologique où nous nous trouvons aujourd’hui. En ce sens elle est au plan collectif, ce qu’est l’égocentrisme au plan individuel et l’ethnocentrisme au plan colonial : une auto-référence vidée de toute considération pour l’ « autre » et une légitimation du rapport dominant-dominé.

Anthropocentrisme

La vie était là avant nous. La terre était là avant nous. Les montagnes étaient là avant nous. Les arbres étaient là avant nous. Les fourmis étaient là avant nous. Nous sommes venus. Nous nous sommes servis, nous avons asservi et détruit le reste du vivant, et nous-mêmes.  Et à moins de retrouver la raison du cœur et la sacralité de la vie, c’est l’avenir de l’humanité que nous hypothéquons.

Je suis responsable du paradigme fondateur que je choisis pour y enraciner mes croyances, mon système de valeurs.  Si je me dis que l’homme n’est qu’un paquet de neurones et les autres espèces, des possessions à exploiter, quel sens vais-je donner à ma vie?

Si par contre je me connecte par le ressenti à mon essence comme être vivant, qu’est-ce que je trouve ? Le souffle de la Vie. Le mystère. L’infini, indéfinissable…

Je suis une saveur, une fragrance unique de la Vie, au même titre que le myosotis, le chêne ou la grenouille de mon jardin (à propos, elle s’appelle Jeannette 😉 ).  Comment puis-je passer d’un « qui suis-je ?» cortical, descriptif, analytique à un « qui suis-je? » révélateur, éclairant, illuminant ? Par l’expérience vivencielle. En utilisant non pas des « pourquoi » mais des « comment ». C’est une voie d’émerveillement.

La vision biocentrique remet la Vie au cœur pulsant de « ma » vie.

Jeannette

Communiquer n’est pas converser

Nous pouvons imaginer que communiquer est synonyme de converser, parler. Dans la communication interviennent cependant aussi le langage corporel et le ton de la voix.

Communication virtuelleDéjà dans les années 60, Albert Mehrabian avait démontré que lorsque quelqu’un exprimait un sentiment ou état d’esprit, l’impact communicatif visuel (langage du corps et du visage) était de l’ordre de 55% et celui du ton de la voix de 38%, laissant aux mots utilisés seulement 7%. Le paralangage – qui accompagne le langage – a donc une grande importance.

Comment notre communication va-t-elle évoluer si nous utilisons toujours plus les supports numériques pour transmettre nos messages avec un langage écrit sans intonations de voix, ni langage corporel, hormis lesdites émoticônes?

La Communication Vivencielle Biocentrique© fait la part belle au paralangage (regards, gestes, postures, sourires,…) et réhabilite l’intelligence affective et relationnelle innée qui sommeille en chacun, comme on désencombrerait une source vive à laquelle tout échange (verbal et non-verbal) pourra ensuite venir s’abreuver.

Connexion à l'autre

Connexion à soi, à l’autre, au Tout de la Vie

La reconnexion intime à soi, à notre identité profonde en perpétuelle éclosion, ne peut être séparée de la connexion à l’autre, que cet autre soit humain ou non.

Nos difficultés de connexion à l’autre sont dues aux normes et conventions, aux idéologies, au sentiment d’insécurité intérieure, au fait que l’on perçoit l’autre comme un danger, comme un ennemi potentiel. Surgissent alors les protections au sein du lien : la personne se défend en permanence, elle essaie de s’affirmer en tant qu’individu, et l’aspect affectif de la communication, « l’humain », en est impacté.

Parfois il est tout simplement absent : le dialogue devient information, et non pas communication intime et contact.

La Communication Vivencielle Biocentrique© nous propose des exercices pour éveiller l’expérience du lien humain.

« Dans notre société, la capacité de lien est très refoulée. Nous parlons en formules toutes faites, en formules « polies » structurées par les mœurs, et nous ne donnons rien de nous-mêmes à l’autre, ni ne l’écoutons vraiment. Le dialogue devient alors pathologique, sous une apparence de communication. S’il n’y a pas de connexion entre deux êtres humains, leur relation n’est pas saine. Le dialogue, dans ce cas, est un mensonge. » Rolando Toro

Il est temps de réapprendre à sentir et exprimer notre intime vérité en intégrant notre tête avec nos deux autres centres vitaux que sont le cœur et le ventre, plutôt que la laisser tout contrôler derrière les verrous de nos cuirasses mentales et corporelles.

Communication Vivencielle Biocentrique

CoViB : origines, méthodes et effets

Après un parcours éclectique de 35 ans au service de l’humain, j’ai créé la Communication Vivencielle Biocentrique© en entrecroisant mes trois passions (la Biodanza, la communication interpersonnelle et l’accompagnement psycho-spirituel) pour en extraire une synergie déflagratrice au service d’une relation authentique à soi, à l’autre et à la Vie.

Même si aucun prérequis n’est nécessaire pour suivre des cours de CoViB, les personnes ayant déjà entrepris un chemin de conscience du corps et des émotions (par la Biodanza, la CNV ou tout autre approche relationnelle allant au-delà du conceptuel), auront très probablement certaines affinités avec la méthodologie.

Cette dernière se fonde sur 3 axes majeurs :

  • la désintellectualisation de la connaissance de soi (ou pédagogie vivencielle mettant l’accent sur les ressentis physiques et émotionnels, ainsi que sur l’intuition)
  • le feed-back, autrement dit la réciprocité et le respect des initiatives et limites de chacun dans la communication
  • le fait d’honorer et de respecter le principe évolutif à l’œuvre dans chaque individu, chaque relation, chaque groupe.

croissance

La Communication Vivencielle Biocentrique© se base sur un programme en plusieurs points, dont voici les principaux :

  • Relations harmonieuses et saines au sein du groupe (coopération, récession des comportements de compétition et de pouvoir, acceptation des différences et de la diversité)
  • Meilleure gestion de l’énergie, élévation du niveau de vitalité, développement de la capacité d’expression dans le mouvement actif
  • Développement et amplification de la perception : développement de la sensibilité cénesthésique, perception de son propre corps et dextérité motrice
  • Perception du propre espace (en soi et autour de soi), perception de l’espace de l’autre et de l’interaction entre le propre espace et celui des autres
  • Intégration affectivo-psycho-motrice : développement de la capacité d’expression et de la sensibilité dans le mouvement lent, développement de la capacité de coordination motrice fine, développement de la capacité à ralentir en lien avec le développement de la sensibilité globale et de l’acuité sensorielle. Dissolution des tensions musculaires.
  • Prise de contact avec sa propre identité : exercices de défi personnel face aux difficultés, courage pour défendre ses propres points de vue, connexion avec sa propre force
  • Prendre soin de l’expressivité et de la communication : intégration du mouvement expressif et de l’émotion, manifester les émotions de façon verbale et non-verbale, exercices de créativité artistique (poésie, musique, peinture etc.)
  • Développement de la capacité d’exprimer verbalement des contenus émotionnels, vivenciels (subjectifs) et conceptuelsAffectivité
  • Prendre soin de l’affectivité : solidarité, empathie, rencontres en feedback; surmonter les discriminations sociales, raciales et religieuses, rééduquer et nourrir l’affectivité
  • Apprentissage de l’initiative et de la relation en feed-back
  • Intégration du contact dans la communication – Développement de la capacité de communication et de contact par le regard
  • Capacité d’autorégulation et d’adaptation au sein du groupe
  • Dissolution des tensions émotionnelles
  • Développement de la perception esthétique de la vie
  • Développement de la conscience éthique et écologique
  • Expérience de la diversité comme possibilité d’enrichissement
  • Ouverture au Tout Autre, à la sacralité de la Vie sous toutes ses formes, et transcendance des mécanismes de séparation de l’ego.

 

TranscendanceEffets à moyen et long terme

  • Amélioration de la conscience corporelle et de la sensibilité
  • Amélioration de la communication et élargissement des possibilités de contact dans un environnement vivant qui empêche ou permet de dépasser les peurs, les sentiments de culpabilité, les hontes, les sentiments d’infériorité
  • Amélioration notoire de l’estime de soi par la vivencia de reconnaissance, d’acceptation, de respect, d’affection, de tendresse et d’amour pour soi
  • Approfondissement de la créativité par la découverte et le ressenti de ses propres potentiels et une grande confiance en soi
  • Vision de la vie optimiste, trouver de nouvelles motivations pour vivre pouvant changer des comportements dépressifs, obsessionnels, rigides et névrotiques

Dans la relation avec soi-même : développement de capacités comme la régulation des émotions, l’estime de soi, la créativité, la proactivité et la prise d’initiative, la confiance en soi, l’optimisme, la joie, la motivation, la concentration et la capacité à fluer.

Dans la relation aux autres : développement de capacités comme la communication, l’assertivité, l’empathie, la confiance, le respect, l’acceptation, le feedback, la gestion des conflits

Dans la relation avec le tout : elle renforce le lien avec la nature, la perception de faire partie d’une unité plus grande (totalité cosmique), l’amplification de la conscience et amène à une sensation différente de sa propre existence et de l’univers.

Effets

 

 

 

 

 

 

Cours de Communication Vivencielle Biocentrique pour adultes le lundi soir à Ixelles : voir ici.

Pour toute information sur l’approche ou pour vous inscrire à un de nos cours : merci de compléter le formulaire de contact en mentionnant votre numéro de téléphone afin que nous puissions vous rappeler le cas échéant.

 

Print Friendly, PDF & Email

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *